Débutants‎ > ‎

Sécurité

Si l'aviron n'est pas dangereux en soi, il y a toutefois des règles de sécurité à respecter et des comportements à risque à bannir.
Soyez attentif aux consignes de sécurité qui vous seront données dès le premier jour, et tout ira bien !
Voici illustrés, les cas les plus classiques que vous rencontrerez peut être !

  1. Savoir nager
    Vous êtes susceptible de chavirer (même si c'est rare). Il faut donc savoir nager. Le bateau vous servira de bouée car il ne coulera pas.
    Ne surtout pas tenter de rejoindre la rive alors que vous êtes habillé.


  2. Certificat médical
    L'aviron met en œuvre tous les groupes musculaires. Si vous essayez une fois la technique du geste acquise de "mettre de la puissance", vous allez évidemment solliciter beaucoup votre corps. Fortement si vous participez à des compétitions. Il convient de ne pas avoir de contre-indication médicale à l'effort. Un certificat médical est nécessaire pour cela.


  3. Registre de sortie
    Tout rameur allant ramer sur l'eau doit s'inscrire sur un registre de sortie. Ce registre contient la liste nominative de chaque membre d'équipage barreur compris le cas échéant, le bateau utilisé, l'heure de sortie du bateau, et la direction prévue (BR pour Buttes Rouges en aval de Redon, BA pour Belle Anguille en amont de Redon). A la fin de la séance, le responsable de séance vérifie que tous les équipages sont bien rentrés.



  4. La bateau de sécurité
    Pour les débutants, et d'ailleurs aussi pour les entrainements de compétition, un bateau de sécurité est mis à l'eau. L'accompagnateur vous donnera ainsi des conseils utiles pour améliorer votre technique, et pourra si besoin vous porter secours. Tant que vous n'êtes pas qualifié "rameur autonome", un bateau sécurité doit vous accompagner.


  5. Les conditions atmosphériques
    Par temps de brouillard, de vents forts, d'orage, de fort courant ou de crue, il ne sera généralement pas possible de ramer sur l'eau. Des séances d'entrainement sur ergomètre vous seront alors proposées.


  6. Tenir ses rames.
    Les bateaux d'aviron sont étroits. Au début, vous êtes sur des bateaux "larges" qu'il est difficile de faire chavirer (mais pas impossible). Avec l'expérience, vous apprendrez à maîtriser des bateaux plus étroits, plus susceptibles de chavirer. Pour éviter ce risque, il faut tenir ses rames à tout moment. Comme vous le voyez sur les photos en haut de cette page, les rames constituent un excellent stabilisateur du bateau, à condition d'être tenues. Si vous les lâchez, le bateau n'a plus guère d'équilibre. Pensez aux funambules sur un fil d'acier tendu ! Ils portent parfois des grandes perches pour la tenue de l'équilibre. C'est un peu la même chose !


  7. Cales pieds
    Sans être tout à fait attachés au bateau, vos pieds sont néanmoins calés dans des cales pieds. Si vous serrez trop les velcros sur vos pieds, vous pouvez avoir une vraie difficulté à sortir vos pieds en cas de chavirage du bateau. Ne serrez donc pas excessivement les velcros des cales pieds pour pouvoir vous dégager immédiatement en cas de chavirage.


  8. Chaussures intégrées au bateau
    Dans certains bateaux, les chaussures sont intégrées au bateau. Vous n'êtes donc équipé que de chaussettes, et vous mettez vos pieds dans ces chaussures. La consigne du point précédent s'applique de même. Toutefois, vous ne pourrez pas dégager la chaussure du bateau, elles sont solidaires à celui-ci. Pour vous dégagez, vous devez retirer vos pieds des chaussures. Les talons de ces chaussures sont attachés par une cordelette vous permettant de soulever votre talon de 5 à 7 cm environ. Si vous soulevez votre talon davantage, la cordelette retient le talon de la chaussure et votre cheville s'extrait alors de la chaussure. C'est un dispositif de sécurité simple mais très important, qui vous garantie de pouvoir extraire vos pieds des chaussures immédiatement en cas de besoin. Si vous montez sur un bateau équipé ainsi, toujours vérifier que la cordelette est bien en place et qu'elle autorise de soulever le talon de 5 à 7 cm mais surtout pas plus. En compétition, un bateau n'a pas le droit de concourir si ce dispositif est défaillant.


  9. Ne pas mettre le pied au fond du bateau
    La coque du bateau ne le supporterait pas, et vous risqueriez de passer à travers et donc de vous blesser. Sans compter que les bateaux coûtent chers.
    Vous ne devez mettre vos pieds que sur la "planchette", zone renforcée exprès ou dans les cales pieds.


  10. Maîtriser votre direction et votre vitesse
    Un bateau d'aviron n'est pas vraiment conçu pour tourner. Lorsque vous ramez, notamment si vous ne disposez pas de barreur, vous devez être vigilant sur votre direction pour ne pas entrer en collision avec la berge ou d'autres bateaux. Lors des compétitions où il y a foule, on voit parfois des collisions violentes entre bateaux non maîtrisés. Vous observez également que les bateaus sont très effilés (surtout à l'avant). Si un bateau à bonne vitesse vient "éperonner" un autre bateau et ses occupants, il peut faire de sérieux dégâts. Il y a longtemps, dans une compétition, un homme est mort, éperonné par un bateau. Désormais, suite à cet accident, il est obligatoire de monter une boule à l'avant des bateaux, de manière à pouvoir les repousser à la main sans se blesser.


  11. Les vagues
    Dans certaines conditions de vent, de courant et à certains endroits du plan d'eau (rivière ou mer), il peut y avoir des vagues dont la hauteur est supérieure au bordage de votre bateau.
    On se rappelle que les bateaux ne sont pas très hauts. Certains sont conçus pour pouvoir évacuer l'eau accumulée à chaque coup de rame. Mais bon, il faut faire attention de ne pas aller dans ces zones pour ne pas compromettre la flottabilité...


  12. L'appontage
    Lorsque vous rentrez au ponton, vous devez arriver avec une vitesse vous permettant de venir glisser et vous ranger doucement le long du ponton. Vos rames côté berge vont recouvrir la largeur du ponton. Faites attention à ce que le ponton soit libéré avant d'accoster, pour ne pas endommager les bateaux à quai ou blesser quelqu'un avec les rames.


  13. Transport des bateaux dans le hangar
    Les allées ne sont pas très larges (dans le hangar). Veillez à ne pas heurter les dames de nage, qui sont réglées avec précision, ni à vous cognez sur les dames de nage des bateaux rangés.


  14. Transport des bateaux au ponton
    Faites attention de ne pas pousser à l'eau par inadvertance quelqu'un sur le ponton avec votre bateau, voire de vous-même tomber à l'eau en portant le bateau. Parfois, on ne voit pas bien à quelle distance on se trouve du bord de l'eau. S'il fait chaud cela permettra de se rafraichir, mais un hiver, il vaut mieux éviter...


  15. Serrer la barrette de la dame de nage
    Cette barrette retient la rame dans la dame de nage. Si la barrette n'est pas convenablement serrée, la rame pourrait s'échapper de la dame de nage en plein effort. Une rame qui se désolidarise du bateau en plein effort, peut venir frapper son rameur, ou celui de devant ou de derrière. Potentiellement violemment. Prenez le temps de vérifier votre matériel au ponton.


  16. Pelle restant plantée dans l'eau au dégagé
    Dans certaines situations vous pouvez ne pas parvenir à sortir votre pelle de l'eau au dégagé. Il s'agit généralement d'une faute technique de votre geste qui peut avoir plusieurs origines. Si le bateau n'a qu'une petite vitesse, vous arrivez à gérer la situation. Mais si vous êtes sur un bateau rapide, avec beaucoup d'énergie (sur un 4 ou 8), vous n'arriverez pas à vous opposer au mouvement de recul du manche de la(s) rame(s) vers vous. Vous risquez d'être éjecté du bateau, si vous ne vous couchez pas en arrière immédiatement (avec le risque de se prendre la rame du rameur derrière vous !). Prudence donc.


  17. Passage sous les arches d'un pont
    Parfois votre balade vous amène à passer sous les arches d'un pont. Lorsque le passage est étroit, maîtrisez votre vitesse, surveillez votre direction pour ne pas risquez de heurter une pile du pont avec vos rames. Vous pourriez déséquilibrer tout le bateau, et vous mettre en travers à un endroit où le courant est généralement important.